La campagne 2017, première année de l’opération triannuelle 2017-2019, a porté sur deux secteurs majeurs du site (fig. 01) : 1) la partie Ouest et centrale du site, des carrés K6 à N6, avec la fouille du sommet de la couche 5 (5 sup) reposant sous un niveau de dalles supportant la base de la couche 4, 2) la tranchée Est, des bandes L-M/ 9-18, qui a permis le dégagement du substratum en avant du site au niveau du vallon.

 L’ensemble des données stratigraphiques acquises à ce jour est en cohérence avec les données chronologiques (ESR, U-Th, TL, OSL, sur dents, silex brûlés et sédiments). La séquence est datée de la fin du MIS 5 (couche 5) et du début du MIS 3 (couche 4). Fortement dilatée dans la partie Est du site, elle enregistre la récurrence des occupations et la succession de phases sédimentaires montrant de fortes variations latérales dans des contextes environnementaux variés et des phases d’effondrement majeur de l’abri.

 

- Secteur Ouest et central. Carrés K6 à N6

 

Le dégagement de la base du niveau 4.2 dans la partie centrale du site avait permis lors de la triennale précédente de mettre au jour un effondrement majeur de l’abri. Le niveau 4.2 repose sur un amas de dalles de plus ou grandes dimensions que l’on retrouve également au niveau de la tranchée Est L-M.

L’opération 2017 a eu comme objectif de démanteler au niveau des carrés K-N et 6-8 cet amas qui était constitué à la fois de petites dalles, de blocs et de quelques grandes dalles mesurant plus d’1 m d’épaisseur et estimées à 4 m².

Cet amas reposait sur le sommet de la couche 5 (5 sup). La fouille des carrés K6 à N6 a permis de prolonger la coupe transversale 5/6 et raccorder les dépôts à ceux dégagés dans la partie Ouest du site et attribués à la couche 5 (et 5 sup) (bandes E et F).

Grâce à la protection des dalles, il s’est avéré que le matériel lithique et osseux a été extrêmement bien préservé dans cette partie du site (silex moins patinés par exemple). Une lentille de cendres a été également dégagée dans un état de grande fraîcheur (carré N6-N7) (fig. 01).

 

Fouille Abris du Maras (Ardèche)

- Tranchée Est. Carrés L-M/9-18

 

La fouille de la tranchée ouverte dans les bandes L et M en avant du site, et s’étendant vers le vallon actuel bordant le site, s’est poursuivie et étendue (fig. 02). L’objectif était toujours d’identifier la séquence complète de la partie Est du site et la comparer avec celle de la partie Ouest (coupe D/E).

La fouille a atteint le substratum à partir des carrés L-M 13 et ceci jusqu’au fond du vallon (prolongement de la tranchée sur plusieurs mètres).

Les sédiments de surface sont des colluvions sub-actuelles. Ils recouvrent des dépôts pouvant être attribués au niveau 4.2 et comportant un rare matériel archéologique. La coupe L-M/8-9 permet de relier la séquence avec celle du secteur central du site. La base de la coupe L-M/8-9 a livré un faciès caillouteux à matrice limoneuse brune et organique (couche 5). Elle recouvre en avant de la tranchée, dans les carrés L-M 13 une couche à matrice rouge (couche 6) et comportant des blocs de grandes dimensions. Les sédiments de la base de la couche 4 et les colluvions actuelles recouvrent le substrat calcaire en avant de la tranchée et vers le vallon, en discordance sur des lambeaux tronqués de la couche 5 et de la couche 6 à partir des carrés L-M 13 et 14.

Dans la tranchée, ces faciès superposés apparaissent de façon discontinue entre les blocs d’effondrement distribués sur le flanc du versant. Ces dalles et blocs de grandes dimensions ont été éliminés lors de cette opération permettant de dégager une coupe longitudinale complète de la séquence du site.

 

Les carrés de la tranchée L-M ont livré du matériel lithique et faunique à toutes profondeurs et en densité variable selon les carrés. La fouille de la couche rouge 6 sur 3 m² a permis de dégager du matériel (L-M 13 et 14), sous la couche brune 5. Les projections permettent pour le moment d’identifier éventuellement plusieurs sous-niveaux dans la couche 5 sup et couche 5.

La disposition du matériel permet de confirmer un faible pendage des dépôts de la couche 5 sup, couche 5 et couche 6 reposant sur le substrat, à l’inverse des rares éléments lithiques et fauniques pouvant être rattachés au niveau 4.2 et qui indiquent probablement un glissement du matériel suite au recul du plafond de l’abri. La coupe de cette tranchée montre une stratigraphie qui reste monotone où les dépôts rencontrés sont essentiellement des limons caillouteux.

 

Une opération de mesure radiométrique (pour ESR et U-Th) a été réalisée par M. Richard pour la couche 5 (5 sup) au niveau de la coupe 5/6 et dans la tranchée. Trois dents d’herbivores ont été sélectionnées en vue d’obtenir davantage de dates pour la base de la séquence estimée à ce jour de la fin du MIS 5. Le ramassage systématique de petites stalagmites (coordonnées) issues des couches 5 et 6 a été également effectuée dans le but de tenter leur datation (D. Genty, lsce).