Présentation

La collection est fondée en 1988 par la Direction des Antiquités historiques Rhône-Alpes (DAH) avec le soutien de la Région Rhône-Alpes. Cette publication, scientifiquement et techniquement adossée à la Direction des Antiquité de Rhône-Alpes, puis au Service régional de l'archéologie, est financièrement portée par l'Association pour les fouilles archéologiques nationales, puis, à partir de 1991, par le Groupe lyonnais de recherche en archéologie gallo-romaine (GLRAGR). Les conservateurs régionaux successifs seront directeurs de publication jusqu'en 2001.

En 2001, les DARA voient leur structure fortement modifiée, à la demande du Ministère de la culture, Sous direction de l'archéologie, afin de mieux séparer les responsabilités. La collection est alors placée sous l'entière responsabilité financière et technique de l'Association de liaison pour le patrimoine et l'archéologie en Rhône-Alpes (ALPARA, successeur du GLRARG), qui devient éditeur des DARA après en avoir assuré la gestion effective pendant plusieurs années. Son président assume la direction technique et financière de la collection, tandis que la direction scientifique de la collection est assurée par une personnalité scientifique reconnue. L'ouverture des DARA à la région Auvergne, selon le découpage géographique de l'interrégion Centre-Est, est décidée dans la foulée. Le comité de rédaction est étoffé : son caractère interdisciplinaire et interinstitutionnel est renforcé (entrée de l'Inrap). Les deux Conservateurs régionaux concernés sont désignés conseillers scientifiques. Depuis 2005, les DARA sont dotés d'un comité de rédaction (6 membres) et d'un comité de lecture (15 membres) distincts.

En 2009, l'ALPARA éditeur et la Maison de l'Orient et de la Méditerranée (MOM), Université Lumière Lyon 2, signent une convention de partenariat. En effet, la MOM, qui abrite l'UMR 5138 Archéologie et Archéométrie, désormais largement impliquée dans les thématiques de l'archéologie régionale et interrégionale, souhaite se doter d'un support de diffusion approprié à ce type de recherches. Il apparaît aux deux éditeurs signataires qu'il est de leur intérêt de regrouper leurs compétences et leurs moyens dans un partenariat éditorial s'appuyant sur la collection existante des DARA. Ce partenariat prend la forme d'une coédition, la composition du comité de rédaction tient compte de cette ouverture (9 membres) ; la direction scientifique de la collection aussi, qui est assumée en tandem par le directeur scientifique de la collection d'origine et le responsable des publications de la MOM.

Les DARA constituent une collection de monographies ou d'études thématiques concernant des sites archéologiques des régions Rhône-Alpes et Auvergne. Les périodes concernées vont de la Préhistoire aux Temps modernes. Sont pris en compte des sites, des monuments, des villes, ayant fait l'objet de fouilles préventives ou programmées, d'études du bâti ou de prospections systématiques, mais aussi des dossiers thématiques à dominante archéologique et historique. La collection est ouverte à tous les acteurs de l'archéologie, quelle que soit leur structure de rattachement.

Les DARA ont accueilli tout ou partie de 4 thèses et d'une habilitation à diriger des recherches et publié à deux occasions des actes de réunion scientifique.
Dans leur grande majorité, les DARA accueillent des travaux collectifs.
Depuis l'origine, près de 300 personnes se sont exprimées peu ou prou dans les DARA ; elles sont représentatives des acteurs de la recherche interrégionale, mais pas seulement, puisque des expertises spécialisées ont été recherchées à l'extérieur de la région et à l'étranger (Grande-Bretagne, Allemagne, Suisse, Autriche...).